LE CERCLE DE CRAIE CAUCASIEN de Bertolt Brecht

Traduction de Georges Proser

Mise en scène de Sébastien Lagord

L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté. www.arche-editeur.com


Note de mise en scène

La compagnie Athome Théâtre me propose de mettre en scène une pièce de Bertolt Brecht.

B.Brecht est pour moi un auteur de référence. C’est toujours un plaisir de travailler avec cette équipe.

J’ai dit oui à cette collaboration.

La première chose qui m’est venue à l’esprit n’est pas quelle pièce on allait créer, mais toute une série de questions, que je pose aussi à toute l’équipe de création :

Jusqu’à maintenant notre pratique théâtrale en tant que membre d’une compagnie, comédien, musicien, scénographe, technicien, administratif, metteur en scène… correspond-elle à l’idée que l’on se fait de Brecht, d’un théâtre engagé ?

A-t-on besoin d’un théâtre engagé ? Sommes-nous, en tant qu’artiste, obligés de nous engager dans la politique ? Est-elle notre vocation ?

Le théâtre de Brecht : sa principale préoccupation n’est pas de montrer le monde mais de le transformer.

Dire que les choses ne vont pas, c’est bien. Mais n’est-il pas plus courageux d’essayer de les changer ?

En quoi le théâtre peut changer les choses ?

Dire que le monde va mal, n’est-il pas une posture politiquement correcte et convenue ?

Jouerait-on une pièce de Bertolt Brecht, comme on jouerait une pièce de Molière, Shakespeare, ou Goldoni ?

Brecht ne devient-il pas un classique comme tous les autres, élimé par l’épreuve du temps, des critiques, des analyses ? Jouer Don juan aujourd’hui, dans notre société, est moins risqué pour nous que pour ceux qui l’ont joué au XVIIème siècle. Les pièces de Brecht sont-elles devenues des classiques au programme des livres scolaires ?

En produisant un nouveau spectacle répondons-nous à une nécessité économique, de consommation, ou à une volonté politique de participer à un changement de société ? 

L’ouvrier, l’employé de bureau, le chômeur… s’ils partent en vacances, ne veulent-ils pas oublier pour un moment leur quotidien, leur boulot (pour ceux qui en ont), leurs emmerdes de tous les jours, afin de respirer ?

Le théâtre engagé n’est-il pas en contradiction avec le théâtre de divertissement ? Est-on obligé de créer un théâtre politique, sans humour, ni musique, ni chant, ni plaisir pour être pris au sérieux ?

 

Sébastien Lagord

Résidences de création :

du 10 au 22 février 2020 - Salle voutée du Château Girard - Mèze (34).

du 23 au 27 mars / 11 au 16 avril / 27 avril au 1er mai 2020 - Salle Maria Callas - Juvignac (34).

du 25 au 28 mai / 8 au 12 juin 2020 - Salle Morastel - Mauguio (34).

a partir du 15 juin 2020 - Grand Site de France de l'Aven d'Orgnac (07).

 

Création :

le 14 juillet 2020 sur les jardins en terrasse du Grand Site de France de l'Aven d'Orgnac et tout au long de l'été 2020 (dates à venir).

 

A bientôt!